Le mot de l’Institut à l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation sur la maltraitance des personnes âgées

Mot de l’Institut à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le travail des enfant
20/06/2018
Alger : Session de formation d’officiers de la DGSN
29/06/2018

Le monde célèbre le 15 Juin de chaque année la Journée mondiale de sensibilisation sur la maltraitance des personnes âgées, proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution n ° 127/66. Journée où le monde élève la voix contre le mauvais traitement de certaines générations de personnes âgées et leur exposition à la souffrance.

L’Institut de Genève pour les Droits de l’Homme, qui tente toujours à travers des activités éducatives sur les mécanismes de protection des droits de l’homme, en particulier pour les groupes vulnérables, considère, le mauvais traitement  physique, sexuel, psychologique, émotionnel, financier, matériel  des personnes âgées comme l’une des pires violations des droits de l’homme.  Le mauvais traitement comprend aussi la négligence, l’abandon et L’abstinence de prendre des mesures appropriées pour les protéger et les aider, particulièrement ceux qui ont besoin de nous après avoir perdu une partie de leur force. Un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé selon lequel 15% des personnes âgées souffrent de troubles mentaux, de l’incidence de troubles neurologiques et de maladies telles que le diabète, les déficiences auditives et autres. C’est pour ces raisons qu’il faut les traiter avec douceur et satisfaire à leurs besoins.

Le phénomène de la maltraitance des personnes âgées est très répandu dans les pays en développement comme dans les pays développés. Il n’existe pas de statistiques précises sur ce phénomène, car c’est l’un des problèmes qui n’est pas suffisamment signalé au niveau mondial.

Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que 10% des personnes âgées pourraient être victimes de maltraitance dans certains pays et l’on s’attend à ce que la population mondiale âgée de plus de 60 ans atteigne 1,2 milliard en 2025. On estime à environ 4 à 6% Les personnes âgées souffrant d’une forme de maltraitance pouvant entraîner des blessures physiques graves et des séquelles psychologiques à long terme.

Les rapports indiquent également que 1 sur 10 personnes âgées est exposé à des abus qui peuvent se conduire à des conséquences psychologiques graves conduisant à la dépression et l’anxiété. La démence affecte aussi principalement les personnes âgées. C’est une une maladie qui développe une détérioration de la mémoire, une affectation de l’esprit, du comportement et de la capacité d’accomplissement des activités quotidiennes.

Le nombre de cas de maltraitance des personnes âgées dans le monde devrait augmenter en raison de l’augmentation rapide de leur nombre, et leurs besoins pourraient ne pas être entièrement satisfaits à cause du manque de ressources

Malgré que les hommes âgés risquent d’être maltraités, les femmes âgées sont également exposées au même péril.  Il est  un constat inquiétant dans les sociétés ou le statut des femmes est plus bas que celui des hommes. Les femmes âgées y sont plus exposées au risque de négligence, d’abandon et de confiscation de leurs biens quand leurs maris meurent. Ces femmes peuvent être soumises à plusieurs formes d’humiliation et d’abus avec des séquelles plus profondes, plus longues et plus graves.

L’Institut de Genève pour les Droits de l’Homme appelle les personnes âgées elles-mêmes, les organisations de la société civile et les institutions nationales des droits de l’homme à prendre des mesures immédiates et efficaces pour éliminer le phénomène des mauvais traitements et à accélérer le signalement des cas flagrants aux autorités chargés de leur protection.